L’Algérie prête à revoir ses conditions d’investissement dans l’énergie

  • By
  • In News
  • Posted 22 March 2017
×

Warning

JUser: :_load: Unable to load user with ID: 122

L’Algérie prête à revoir ses conditions d’investissement dans l’énergie (Sid Ali Betata)

 

L’Algérie a réduit de 8% son gaz torché en 2016. Ce gaz est appelé à disparaître d’ici 2030, et ce, grâce au programme nationale de transition énergétique 2016-2030. Dans ce programme, le pays veut impliquer un plus grand nombre d’investisseurs locaux.

 

Le Salon Nord -Africain de pétrole est du gaz (Napec), s’est ouvert ce 21 mars à l’hôtel le Méridien d’ Oran. Devant l’absence du nouveau Pdg de Sonatrach Abdoulmoumen Ould Kaddour, installé le 20 mars, c’est Ahmed Fettouhi, directeur de la planification et de la stratégie aval à Sonatrach, qui a lu son discours inaugural.  Un discours axé principalement sur le climat des investissements. Le président de l’Agence Nationale de Valorisation des Hydrocarbures (ALNAFT) Sid Ali Betata, également présent à la séance inaugurale, a insisté à son tour sur la volonté de l’Algérie à accroître son attractivité et à améliorer les conditions des investissements. « Nous sommes ouverts à toutes discussions sur les conditions d’investissements en Algérie », a affirmé le président d‘ALNAFT.

A ce sujet, le directeur central des marchés et de logistique de Sontrach, Ferhat Ounoughi, a déclaré lors du panel   Success stories dans le partenariat et les leçons à apprendre : « Nous sommes en train de discuter des conditions du partenariat win-win, et ce, dans toutes les branches, notamment dans les contrats d’équipements, de manufacturing et des services relatifs au secteur minier ».

 Sur ces conditions d’investissement, certains intervenants étrangers ont fait part de leur embarras devant les conditions changeantes des investissements en Algérie, qu’ils considèrent comme facteur d’instabilité pour les investisseurs. « Le plus important c’est que les conditions d’investissements soient stables », s’est exprimé Henry Delafon, Directeur manager de Totale E and P Algérie.

 Réduction de 8% du gaz torché en 2016

 « Sonatrach a réduit le gaz torché en 2016, à hauteur de 8% », a indiqué le vice-président d’Exploitation et Production de Sonatrach, Salah Kemouche, lors du débat qui a suivi le panel, en rappelant que « l’Algérie, compte dans son programme de transition énergétique, l’élimination totale du gaz torché d’ici 2030 ». Dans ce programme national des ENR, il est prévu d’installer une capacité de production d’électricité d’origine renouvelable de 22GW, ce qui représentera 37% de l’ensemble de la production électrique.  A ce sujet, les différents intervenants de Sonatrach ont réitéré la volonté de l’Algérie à intégrer un plus grand nombre d’acteurs locaux, chose qui permettra de réaliser un plus grand transfert de technologie et de savoir-faire.

 

 

 

Hits 764