Ces pays de l’Opep qui visent à augmenter leur offre

  • By Super User
  • In actualité
  • Posted 02 March 2017

La Libye et le Nigeria dont la production pétrolière a subi des pertes pour des raisons sécuritaires, donnent des chiffres sur l’augmentation de leur production dans le court terme. L’Iran annonce également la reprise d’un taux de production qui lui permettrait de retrouver son niveau d’avant les sanctions occidentales de 2003.

 Le grand inconnu des accords de Vienne de décembre 2016, sur la réduction de l’offre pétrolière d’un million 600mille baril, était les quotas de chaque pays membre. « Le plus important c’est l’arrivée à un accord global », s’est contenté de dire l’ancien Secrétaire Général de L’Opep le qatari Mohammed Ben Salah Al Sada, lors de la rencontre d’Alger du 30 novembre 2016.

Les producteurs de l’Opep et non-Opep ont indiqué que certains pays comme l’Iran, le Nigeria, la Libye, bénéficieraient de mesures spéciales.

L’Iran, qui produisaient lors de la fin du blocus en aout 2015, 2.85 mb/j a réussi à avoir un accord sur la conduite de sa production à 3,8 mb/j. Téhéran annonce ce 19 février, l’augmentation de sa production pétrolière à quatre mb/j d’ici avril 2017. Le pays des perses qui déclare avoir pompé 3.9 mb/j en janvier dernier, vise la recouverte de sa part de production journalière d’avant les sanctions occidentales de 2003.

 

La Libye qui a perdu son niveau de production journalière de 1.6mb/j depuis le début des évènements en janvier 2011, est exemptée de cette décision de réduction de l’offre. La Compagnie Pétrolière Nationale libyenne ( NOC), annonce le 18 février, que sa production journalière atteindra les un mb/j au mois d’aout prochain. De janvier 2011 à décembre 2016, la Libye ne produisait que 800.000b/j.

Le Nigeria signe 37 nouveaux contrats de livraisons

Le Nigeria qui produisait 2 mb/j avant les attaques du groupe Boko Haram de ses installations pétrolières au début 2016,  a vu sa production chuter à 1.9mb/j. Le pays a obtenu de l’Opep une permission d’augmentation de sa production de 200 000 b/j.  Ddébut janvier dernier, le Nigeria signe 37 contrats de livraisons pour l’année en cours, dans l’objectif de retrouver son niveau de production habituelle.

Pour rappel, les pays de l’Opep et non-Opep se sont accordés en décembre dernier, à réduire respectivement 1.2mb/j et 600.000b/j de leur offre. Cet accord a été respecté à hauteur de 93% par les pays de L’Opep et 40% par les producteurs non Opep au mois de janvier, selon le rapport de l’Opep.

Selma Kasmi

Hits 2197