Rapport annuel de l’OPEP « Le pétrole restera au centre de la demande énergétique mondiale »

  • By Super User
  • In actualité
  • Posted 01 January 2018

 

Rapport annuel de l’OPEP  « Le pétrole restera au centre de la demande énergétique mondiale »

 

 

 

Alors que le prix du pétrole connaît une embellie depuis quelques semaines, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) indique dans ses prévisions contenues dans le rapport annuel 2017 que le pétrole restera la source d’énergie principale à l’horizon 2040 et ce malgré la percée des énergies renouvelables. Suivi du gaz et du charbon, le pétrole restera au centre de la demande mondiale, avec 27% du total. La croissance de l’or noir dépassera 110 millions de barils par jour en 2040 contre 95 millions de barils par jour en 2016 et continuera à fournir, aux côtés du gaz, plus de la moitié des besoins énergétiques mondiaux d’ici 2040. Les combustibles fossiles conserveront ainsi, selon le rapport annuel de l’OPEP « World Oil Outlook », un rôle prépondérant dans le mix énergétique. L’Organisation estime que le pétrole et le gaz fourniront plus de la moitié des besoins énergétiques mondiaux au cours de la période de prévision, leur part combinée étant relativement stable, soit un taux de 52-53%.   L'offre mondiale d'hydrocarbures liquides (pétrole, gaz naturel liquéfié...) devrait grimper de 96,5 millions de barils par jour (mbj) cette année, à 101,1 mbj en 2020 puis atteindre 111,3 mbj en 2040, prévoit l'Organisation des pays exportateurs de pétrole dans son rapport prospectif annuel. L'offre des pays n'appartenant pas à l'OPEP a été par ailleurs revue à la hausse pour les prochaines années par l’OPEP qui prévoit une croissance de 57 mbj en 2016 à 62 mbj en 2022. Les trois quarts de cette augmentation proviennent selon le rapport de l’OPEP des États-Unis seuls, où le secteur du pétrole de schiste va continuer de croître après sa chute de 2016. Le Brésil et le Canada sont les autres pays qui devraient fortement contribuer à la progression de l'offre. La prévision à plus long terme n'a toutefois pas été significativement modifiée. L'offre totale des pays hors du OPEP devrait en effet décliner sur la période 2020-2040, la production de pétroles non conventionnels aux États-Unis devant atteindre un pic dans la deuxième partie des années 2020.

 

« La demande pour le brut en provenance de l'OPEP reste relativement stable, juste au-dessus de 33 mbj jusqu'à 2025, date à laquelle le pétrole de schiste américain devrait atteindre un pic », estime le rapport. L'offre de brut provenant des pays OPEP doit ensuite progresser pour atteindre 41,4 mbj en 2040. La part de l'OPEP dans la production de liquides devrait ainsi au final augmenter, de 40% en 2016 à 46% en 2040.

Z. K

Hits 1478