Rapport de l’AIE à l’horizon 2023 : L’accélération du rythme des investissements est « cruciale »

  • By Super User
  • In actualité
  • Posted 06 April 2018

 

L’Agence internationale de l'énergie (AlE) s'inquiète de la courbe fléchissante des    investissements dans l'amont pétrolier au cours des dernières années et réclame plus d'efforts de la part des grandes compagnies pétrolières afin de faire face à la demande qui s'annonce robuste, à l'horizon 2020.

 

L'AlE. qui publiait  début  mars  ses prévisions à cinq ans sur le marché pétrolier,  estime  que  la  demande devrait augmenter de 6.9 millions de barils par jour d’ici 2023, à 104,7 mb/j, tirée par la Chine, estimant qu’une réponse de l’offre, à travers de nouveaux investissements, est « cruciale ».

 

Selon l'organisation proche des pays consommateurs, la baisse historique des investissements de 25% en 2015 et en 2016. a été suivie d'une relative stabilisation en 2017.alors que les premières données ne laissent entrevoir qu'une légère hausse en 20 18.

 

Pour l'AlE, «cela pourrait potentiellement créer des problèmes pour l’avenir   (...) en conséquence, les investissements en amont pourraient être insuffisants pour éviter une compression significative des réserves mondiale d'ici 2023, même si les coûts ont baissé>, ajoute l'Agence. L'AlE relève par ailleurs, que« chaque année, le monde doit remplacer 3 mblj, de l'offre perdue dans les champs matures, tout en satisfaisant la forte croissance de la demande. C'est l'équivalent du remplacement d'une mer du Nord chaque année », signale l'organisation, « L'investissement dans le maintien de la production actuelle est un défi, investir dans la croissance future de la demande en est un autre » indique en outre l'Agence, bras économique de l'OCDE, ajoutant qu'« au cours des trois dernières années, la production  de pétrole de la Chine, du Mexique et du Venezuela a diminué de 1.7 mb/j, en raison de la baisse des investissements».

 

Par ailleurs, l'AlE estime que les capacités de production mondiale devraient progresser de 6,4 mb/j pour atteindre l07 mb/j à la même échéance, essentiellement grâce aux Etats-Unis. Ainsi le pétrole de schiste américain devrait voir sa production bondir au cours des cinq prochaines années et gagner des parts de marché aux dépens de l'OPEP et permettre aux Etats-Unis de devenir presque autosuffisants, assure l'AlE. Celle-ci souligne en outre que l'accord d'encadrement de la production mis en place par l'OPEP, avec d'autres pays comme la Russie, pour rééquilibrer le marché mondial a permis d'améliorer les perspectives de tous les autres producteurs grâce à la hausse des prix du brut,« La croissance de la production aux Etats-Unis, au Brésil, au Canada et en Norvège fera plus que répondre à celle de la demande mondiale en 2020»,ajoute l'AlE.

 

Cependant, « l'OPEP détiendra toujours une part importante de l'offre mondiale », souligne l'Agence internationale de l'énergie qui précise par ailleurs qu'au sein de l'OPEP, plus de 2 Mb/j de capacité inutilisée sont détenus par l'Arabie saoudite.

 

 Cela souligne le rôle crucial que joue le plus grand producteur de l'OPEP pour assurer la stabilité des marchés pétroliers mondiaux, selon l'AlE.

 

 

 

 

 

Hits 769