Le GPL comme alternative / Rouler à moindre frais

Où peut-on économiser ? Quelles dépenses pouvons-nous réduire ? La question n’est pas celle du Premier ministre ou de celui du Commerce. Elle est aussi celles des ménages. Un créneau semble être bénéficiaire : celui de l’essence. Quand un plein tourne autour de 1800 dinars pour une voiture 16 chevaux pour de l’essence sans plomb, le plein de gaz de pétrole liquéfié est autour de 400 dinars. Soit quatre fois moins cher. Au terme d’une année d’augmentation du prix à la pompe, de plus en plus de monde se tourne vers le GPL. « Notre clientèle a doublé en une année », explique Mohamed Arachiche. Derrière lui des voitures sont stationnées attendant de pénétrer l’atelier. Des hommes sont affairés autour de plusieurs véhicules. Capots ouverts, coffres ouverts, des hommes s’agitent autour des véhicules. « Le rendement du GPL est trop intéressant pour qu’il ne remporte pas un tel succès », poursuit Mohamed Arachiche. Il est, comme son père, gérant de Ghazal entreprise. La première et la seule entreprise privée d’installation de kit GPL Landirenzo en Algérie.

 Technique

 A Oued Smar, dans la zone industrielle à proximité de Hyundai, Ghazal installe les kits GPL aux véhicules roulant à l’essence. Les véhicules sont réceptionnés et placés à proximité de l’atelier. Il s’agit d’un grand « hangar » constitué de box ou s’attèlent les installateurs.

 L’atelier est composé de six box et donc de 6 véhicules. Une toute nouvelle Renault Symbol est entre les mains expertes d’un installateur. Le coffre est ouvert laissant entrevoir un réservoir cylindrique calé au fond de la malle. « L’installation se fait à deux niveaux : une partie moteur  détendeur, calculateur central et une partie arrière pour le réservoir », explique M. Arachiche. Le réservoir dans le coffre est de 60 litres. Ce qui constitue la plus grosse capacité. « Avec ce réservoir, le véhicule peut rouler 400 km avant d’avoir à refaire un plein. En moyenne, car cela dépend du type de véhicule et de sa vitesse. Il faut noter d’ailleurs qu’un réservoir ne se remplit qu’à 80% de ses capacités ». Il existe un autre réservoir cylindrique plus petit d’une capacité de 52 litres. Le propriétaire a l’option d’un autre type de réservoir dit circulaire. Il se pose à la place de la roue de secours et ses capacités sont plus réduites : 39, 42 et 52 litres.

 Sécurité

 L’installateur en combinaison de travail bleu foncé s’occupe du réservoir dans le coffre de la Renault Symbol. « Il installe la polyvanne. Il s’agit d’une pièce à l’intérieur du réservoir qui limite le remplissage à 80 % et donne indication du niveau de gaz. C’est une pièce qui assure la sécurité du réservoir en cas de choc et d’accident ». Les polyvannes sont aux normes européennes comme tout le kit GPL installé par Ghazal. Nous sommes les seuls représentants de Landirenzo en Algérie. Landirenzo est un équipementier italien leader dans la production de système au gaz pour voiture GPL. L’entreprise italienne est active depuis 1954 et Ghazal est son distributeur exclusif en Algérie depuis 1998. La polyvanne fait que le réservoir ne pourra jamais atteindre la pression d’éclatement qui est de 120 bars. Le process de sécurité consiste à s’ouvrir et à laisser échapper le gaz et ce, dès 18 bars. Il faut savoir que la pression de service est entre 8 et 10 bars. Ce système de sécurité fait que les parkings souterrains sont aujourd’hui autorisés aux véhicules roulant au GPL, ce qui n’était pas le cas avant. Cependant en Algérie, les mesures sécuritaires ont toujours cours et l’accès aux parkings fermés reste interdit aux véhicules roulant au GPL.

 Le cerveau du véhicule

 A l’avant de la Symbol, capot ouvert, un calculateur vient d’être placé par un installateur. Le calculateur de gaz placé au côté de celui de l’essence est considéré comme étant le cerveau du véhicule. « Le détendeur permet de détendre la gaz. C’est-à-dire qu’il permet le passage de l’état liquide à l’état gazeux avec une électrovanne. En effet, le gaz arrive de la pompe à l’état liquide d’où le besoin de la convertir. Dans le processus, le véhicule démarre toujours à l’essence par un système d’injection séquentielle. C’est une fois qu’on accélère que le véhicule passe au gaz.

 Les propriétaires des véhicules de l’atelier ne sont pas présents. Seuls les installateurs s’affairent parmi les box. Ghazal entreprise compte environ 110 employés et compte quatre filiales sur le l’ensemble du territoire (Batna, Oran, et deux à Alger). L’entreprise a développé en parallèle un réseau d’installateurs. Ces derniers, au nombre de 80 environ s’approvisionnent en kit GPL auprès de Ghazal tout en bénéficiant d’une formation pour l’installation et d’une assistance technique. En effet, l’entreprise est agrée par le ministère de l’Industrie ce qui lui confère la possibilité de fournir une attestation de formation. C’est cette attestation qui va permettre à l’installateur d’obtenir un agrément.

 Gain d’argent

 Une fois le réservoir, les calculateurs de gaz et le détendeur en place, le véhicule est amené vers un autre box situé à l’extérieur de l’atelier. Après un passage au contrôle des Mines qui attribue au propriétaire une homologation, le client sort faire le plein de GPL puis revient pour la programmation du calculateur de gaz. L’installation du kit GPL revient à 65 000 dinars chez Ghazal. A Naftal, le coût est moindre et tourne autour de 60 000 dinars. « Mais certains client de Naftal reviennent vers nous. En effet, nous travaillons avec Landirenzo depuis plus de 10 ans. Ce qui assure au client une continuité pour le service après- vente. Ce n’est pas le cas de Naftal. Il s’agit d’une entreprise étatique soumise à la règle de l’appel d’offres. Ce qui induit que Naftal change régulièrement de fournisseurs », explique M. Arachiche. Ghazal possède une capacité de production de 1 000 véhicules par mois pour tous ses centres. La subvention de 50 % pour l’installation de kit GPL proposée par l’État a concerné 200 000 véhicules. Répartis sur l’ensemble des installateurs, cela faisait 200 véhicules par installateur. « Cela n’a pas été rentable. Nous avons une capacité d’installation qui est 4 fois supérieure », poursuit Mohamed Arachiche. L’année dernière, nous avions répondu à la demande de 5 000 véhicules. Cette année, la demande a doublé et si nous continuons à ce rythme, nous auront doté 10 000 véhicules en kit GPL », indique le gérant de Ghazal qui tient à souligner que la solution GPL est la plus économique. Actuellement le litre est à 9 dinars. Ce qui fait un plein pour 430 dinars. « Le tout est amorti au bout de 30 000 kilomètres, ce qui correspond à une révision pour nos clients. A ce stade, il faut changer le filtre à gaz », poursuit M. Arachiche.

.

 

 

Le GPL

Les différentes hausses des prix pratiqués sur l’essence a engendré une augmentation de conversion de véhicules vers le GPL. Le kit GPL  se monte sur tout type de véhicules essence et s’adapte de mieux en mieux au confort du chauffeur. La sécurité est assurée et il reste possible, par choix, de rouler à l’essence, pour peu que la prochaine station de GPL ne soit pas à proximité. a ce sujet, il existe aujourd’hui quelques 1 000 stations de GPL sur tout le territoire national et les projets pour renforcer le maillage GPL va bon train, en attendant de convertir davantage le parc de transport collectif...en GNC

 

 

 
 

 

 

 

 

 

 

Hits 57