Lancement officiel du méga projet de phosphate : Un investissement de 6 milliards de dollars

  • By Super User
  • In actualité
  • Posted 26 January 2019

 

Le méga projet pour l’exploitation de phosphate, situé dans la wilaya de Tébessa, est officiellement lancé. Géré par Sonatrach, le projet, doté d’un investissement de 6 milliards de dollars, per- mettra à l’Algérie, qui est déjà l’un des plus importants producteurs d’engrais azotés dans le bassin méditerranéen, d’atteindre une production de phosphate de près de 11 millions de tonnes/an contre 1 à 1,5 million de tonnes par an actuellement. Le futur complexe de phosphate devrait garantir à terme, au pays, des revenus en devises à hauteur de 1,9 milliard de dollars par an. Il est à savoir que la mise en valeur du gisement de Oued El Hadhba, qui recèle des réserves exploitables de 800 millions de tonnes de phosphate, permettra à l’issue de l’installation du pôle industriel de produire 6 millions de phosphates marchand, à partir d’une dizaine de millions de phosphates bruts.

 

Un accord de partenariat a ainsi été signé le 26 novembre dernier dans le cadre d’un partenariat algéro-chinois, en vertu duquel la partie algérienne détient 51%, contre 49% pour la partie chinoise. Le contrat a été paraphé à Tébessa par les groupes Sonatrach et Asmidal-Manal, et un consortium chinois dirigé par la société Citic lors d’une cérémonie présidée par le Premier ministre, Ahmed Ouyahia. Le contrat porte sur la réalisation d’un projet intégré d’exploitation et de transformation du phosphate et du gaz naturel des gisements de la région de Bled El-Hadba à Tébessa, Oued Kebrit à Souk Ahras, Hadjar Essoud à Skikda, en plus du port d’Annaba.

Opérationnel
 en 2022


 

Le projet devrait être opérationnel en 2022 suite aux travaux confiés au groupe public Manal Spa (ex Manadjim El Djazair), détenteur de 17% de parts et ses partenaires chinois Citic construction CO LTD de Wengfu Engineering, actionnaires respectivement à hauteur de 34% et 15%. Le groupe Sonatrach est pour sa part associé à hauteur de 34%, et sera le principal gestionnaire du projet. Une première pour le groupe. Le P-DG de Sonatrach a déjà mis en avant la rentabilité du projet estimant le retour sur investissement à quelque « 2 milliards de dollars par an, ce qui permettra au pays de s’ouvrir des perspectives prometteuses en termes

 

de diversification de ses ressources hors hydrocarbures ». L’usine prévue à Oued Kebrit, située entre Tébessa et Souk Ahras, sera dotée notamment d’une capacité de production de 5 millions de tonnes par an d’acide sulfurique, de 1,5 million de tonnes an d’acide phosphorique. L’usine de Hadjar Essoud dans la wilaya de Skikda sera dotée notamment d’une capacité de production de 1,1 million de tonnes par an d’ammoniac, de 800 000 tonnes par an d’engrais azotés et de 4 millions de tonnes d’engrais phosphatés. Le complexe de phosphate créera 3 000 postes de travail directs alors que ses chantiers de réalisation à travers les quatre wilayas assureront 14 000 postes d’emploi, selon la fiche technique du projet. Il est à rappeler que l’Algérie dispose d’une réserve de phos- phate estimée à 2 milliards de tonnes. Plus globalement un programme d’investissement de 9,4 milliards de DA est prévu pour le secteur des mines entre 2018-2028.

 

Hits 17