Editorial :Des mots dans des moments de maux

  • By Super User
  • In actualité
  • Posted 22 April 2019

La crise politique, institutionnelle et même hélas constitutionnelle que connaît le pays ne sera pas sans conséquences dans les semaines à venir sur la situation économique du pays, les indicateurs d’une baisse de la croissance, un recours excessif et continuel à la planche à billet, et un secteur clé celui des hydrocarbures qui peinent à reprendre sa courbe de croissance tant attendue et désirée, planent comme un lourd nuage au-dessus de nos têtes et semblent ne point vouloir se dissiper.

Il est vrai que le premier trimestre de l’année en cours a vu se consolider les prix du pétrole, augurant des rentrées plus conséquentes pour le pays, et, atténuant de ce fait le déficit de la balance commerciale, le recours à la solution du financement conventionnel s’en trouverait de moins en moins justifiés, l’est-il déjà au-delà du fait de prince et des prises de décisions unilatérales sur un sujet qui a impliqué la sécurité économique du pays et donc l’avenir de son peuple ?

Aujourd’hui la situation politique et les impasses qu’elles génèrent doivent absolument faire tout pour épargner le secteur économique d’une chute brutale, les appels déraisonnés et parfois inconscients à la grève générale et même pour certains à des débrayages dans le secteur sensible de la production de pétrole, renseignent sur la vigilance que chacun de nous doit observer face à la situation et de s’y opposer avec fermeté.

La trajectoire prise aujourd’hui par le pays dans ce nouveau paysage de changement radical a besoin d’être accompagné dans tous les domaines qui relèvent de sa protection, à chaque acteur sa part de responsabilité, il appartient de protéger l’économie lors de cette phase critique et sensible du pays, par des actions et des stratégies de management qui répondent à cette inquiétude qui traversent chacun de nous.

Le risque Algérie sera perçu à la hausse par ses partenaires et cela sera inéluctable, une baisse de la production déjà peu rassurante depuis quelques années, à tous les niveaux ne pourra qu’exacerber une situation sociale précaire, le spectre de l’inflation poussée par le recours inconsidéré et inconscient à la planche à billet, affectera de plein fouet de larges pans de la société. Ceci m’amène à la question sensible et combien stratégique de la production pétrolière, la protection de ce secteur contre toutes tentatives de l’entraîner dans des mouvements de contestations est l’essence même de la protection de l’économie du pays, mais aussi la manière et la façon la plus engagée des employés de ce secteur  de contribuer positivement à l’essor nouveau que le pays est en train de connaître.

Il appartient à ceux qui sont en charge de ce secteur de la production, de veiller à ce que cette appareil ne connaisse pas de perturbations, il suffit pour cela de voir les exemples devenus légion aujourd’hui tel que le Nigéria, la Libye et le Venezuela pour se rendre compte des conséquences dramatiques qu’une perturbation dans ce secteur provoquera dans le pays.

Souvenons-nous de ces années tragiques de terrorisme barbare, l’Algérie par et grâce à ses enfants à su garder ses engagements envers ses partenaires étrangers et à aucun moment, l’approvisionnement en gaz de ces pays n’a connu  de perturbations majeures.

Le management responsable et réactif aujourd’hui  et celui qui accordera toute l’attention à une communication et à une écoute des plus perspicaces, le secteur de la production pétrolière est interpellé pour protéger les acquis du pays, de s’élever contre toutes tentatives de l’entrainer dans des aventures aux conséquences fâcheuses, l’apport de ce secteur au changement radical passe inéluctablement par sa participation active à la protection de notre outil de production, les exemples de ces grévistes sous d’autres contrées qui arborent des brassards en signe de grève mais qui augmentent de leur productivité dénotaient de la manière de participer civilement et activement à cette mutation du pays.

C’est par le maintien de cet engagement de chaque matin que les trois grands maux qui guettent le pays en cette phase seront éloignés, celui de l’ennui, du vice et du besoin.

Ne dit-on pas que l’ignorance est mère de tous les maux, nul ne l’ignore, et nul ne pouvant se prévaloir de sa propre turpitude.

Hits 65