Comité algérien de l’Energie / Pour la durabilité des systèmes énergétiques

  • By Super User
  • In actualité
  • Posted 06 October 2019

Dans son intervention à l’occasion du congrès mondial de l’énergie (CAE) tenu entre les 9 et 12 septembre dernier à Abou Dhabi, le Président du Comité algérien de l’Energie, et PDG de Sonelgaz, M. Chaher Boulakhras a affirmé la volonté du secteur de favoriser un dialogue éclairé sur l’amélioration de la politique énergétique en prenant connaissance des performances des systèmes énergétiques des pays. Des performances à considérer selon trois dimensions fondamentales : la sécurité énergétique, l’équité énergétique et la durabilité des systèmes énergétiques. Il s’agit donc pour le représentant de l’Algérie d’équilibrer ces trois dimensions pour relever le défi. Pour ce faire, la nécessité de collaborer entre les différents acteurs du secteur s’impose. Justement, dans ce cadre, le Président du CAE a indiqué que Sonelgaz et Sonatrach travaillent conjointement afin de faire face de manière fiable à la demande actuelle et future en énergie, plus particulièrement à la demande interne et ce, en rendant efficace la gestion des sources d’énergie ainsi que la fiabilité et la résilience des infrastructures énergétiques. En termes d’équité énergétique, le Président du CAE a rappelé l’expérience algérienne en matière d’accès à l’énergie (renforcement des capacités de production d’électricité, infrastructures de transport et de distribution – tant d’électricité que du gaz) – qui ont permis d’assurer une couverture énergétique optimale du pays.

A cette occasion, le président du CAE a dressé un bilan chiffré. Il a rappelé que le nombre d’abonnés aux réseaux électrique et gazier a fortement augmenté pour atteindre près de 9 millions pour l’électricité et plus de 6 millions d’abonnés pour le gaz naturel en 2019. «L’Etat a pris en charge le raccordement en électricité et en gaz pour aboutir à l’électrification quasi totale du territoire national et à un taux de pénétration du gaz par canalisations de 65% », a-t-il souligné précisant qu’afin de préserver les ressources fossiles pour les générations futures, l’Algérie a privilégié les centrales électriques à cycle combiné, plus efficace en termes énergétiques. Abordant l’aspect durabilité, le Pré-sident du CAE a relevé que les investissements déjà réalisés en centrales conventionnelles pour répondre à la demande et les perspectives d’avenir font que la politique énergétique intègre désormais le développement des énergies renouvelables en vue de mieux préparer la transition énergétique et de s’affranchir progressivement, à moyen et long terme, des hydrocarbures. Il a souligné en ce sens les performances de l’Algérie en matière d’énergies renouvelables, notamment grâce à son parc renouvelables déjà mis en service d’une puissance de près de 400 MW.

Il a aussi insisté sur la volonté affichée du secteur de l’énergie d’entamer une transition énergétique axée sur la productivité et l’efficacité énergétique de la production, du transport et de la distribution mais aussi sur un mix énergétique où les énergies renouvelables sont appelées à jouer un rôle de plus en plus prépondérant. Le Président du CAE est également revenu sur le programme national de l’efficacité énergétique visant la réduction de la consommation globale d’énergie à l’horizon 2030 par une amélioration des performances énergétiques des habitations et des villes. Une autre orientation d’importance consiste à « hybrider » les centrales diesel des réseaux isolés du Sud du pays, avec le recours à l’énergie solaire et à l’éolien, ceci permet de réduire la consommation de fuel dans les centrales et des carburants utilisés pour son transport et par conséquent d’atténuer diverses émissions polluantes.

Hits 67