« Le modèle Modi ou Modi le maudit ? »

  • By Super User
  • In editiorial
  • Posted 22 February 2017

8 novembre 2016, Modi Premier Ministre de l’Inde, surprend son pays dans l’indifférence du monde capté par les élections américaines, en décidant de démonétiser les billets de 500 et de 1000 Roupies, guerre totale contre l’évasion fiscale et la corruption oblige, justifie-t-il.

Se faisant partisan de la citation célèbre de Gandhi sur la vraie moralité(*) à l’effigie duquel il accordera d’ailleurs l’honneur de marquer les nouveaux billets de 2000 Roupies, Modi joue son va tout, non seulement dans son pays, mais aussi pour tous ceux qui dans le monde, s’attendent à voir réussir ce défi de la démonétisation, pour s’inspirer du modèle, sans compter le reste, tous ceux qui le maudissent et qui tablent sur son échec pour pérenniser dans leur parasitage la saine économie de leur pays. Autre lieu, même histoire mais dans le sens inverse, en Algérie, la cour des comptes dans son bilan de 2014, surprend les algériens qui eux ne sont pas indifférents, révélant que l’équivalent de près de 110 milliards de dollars (11393.347 milliards de dinars) de droits constatés en impôts et taxes n’ont pas été recouvrés, et que seulement 1,27 % cumulé sur les années antérieures des 110 milliards de dollars a pu être recouvré (dérisoire quant tu nous tiens). 110 milliards de dollars, une somme équivalente à nos réserves de change actuelle, qui continuent cependant de diminuer de jour en jour, alors que la valeur des non recouvrements continue de son côté d’augmenter.

Question à un dinar déprécié : faut-il démonétiser les billets de 500 DA et 1000 DA pour récupérer cette fabuleuse cagnotte ? un droit/acquis selon nombre d’algériens qui sont «censés» honorer leurs dus, mais qui ne s’en acquittent pas pour le bien de tous les algériens, et ce ne sont pas les salariés soumis aux retenues à la source et qui se comptent par millions qui penseraient le contraire une seconde fusse t-il. Modi a t-il agit en homme de pensée, pour penser sa décision en homme d’action (dixit le philosophe Henri Bergson) ? pour une nation qui représente la première croissance au monde depuis deux ans, est-il vrai que face à une population de 1.2 milliards d’individus dont 700 millions de damnés de la terre, on peut réussir un coup de force «hard» durant deux mois afin de mettre la main sur 400 milliards de dollars et de tout contrôler, sans avoir trouvé la voie véritable ?

Avec 30 fois moins de population, le gouvernement algérien n’aura été en fin de compte capable durant six mois d’efforts et d’attente, que de ramasser l’équivalent de 4 milliards de dollars, dont une grande partie sous la forme «d’étrennes» en provenance des établissements publics. Entre le coup de force de Modi dans sa quête visionnaire pour moderniser son pays, et le coup de velours de l’emprunt obligataire de l’Algérie dans ses efforts pour compenser son déficit, la rencontre de Vienne du 30 novembre de l’OPEP telle une oasis pour un égaré dans le désert, accorde un répit à l’Algérie et à ses semblables, pour provoquer le déséquilibre salutaire, et en finir avec la politique désavantageuse de l’équilibre général, un répit qui aura besoin d’une profonde intrépidité des gouvernants pour arriver à couper la tête de l’hydre des immunisés fiscaux.

 

Hits 1773