Le poids du système bancaire

  • By Super User
  • In editiorial
  • Posted 22 February 2017

Notre modèle bancaire avance-t-il vers le renouveau ? Après le lourd silence des années passées, des voix s’élèvent à l’échelle du gouvernement et des experts pour la conception de nouvelles stratégies et un nouveau balisage fait de simplicité, d’efficacité, de pilotage des initiatives, et de promotion des nouvelles techniques de l’information pour lesquels, Mme Houda Imane Feraoun, ministre de la Poste et des Télécommunications envisage des idées et des initiatives prometteuses en termes de modernité.

Le secteur a souffert d’une léthargie ankylosante avec les notes de frais que nous savons, s’ajoutant aux pertes causées par les retards ou l’inadéquation du système bancaire avec les objectifs de développement socio-économique. Pour autant, les hommes et les femmes qui encadrent le secteur de la finance ne sont pas en panne d’imagination, loin de là. Tous ceux que nous avons rencontré pour l’élaboration de ce numéro 14 d’OGB énumèrent avec amertume la série de phénomènes de résistance bien identifiés liés à la survivance d’un passé et des lois musclées qui empêchent l’initiative et l’audace chez le banquier. Cette gouvernance inadaptée à la réalité moderne oblige souvent à la passivité pour échapper aux multiples risques.

La circulation de la masse monétaire hors circuit légal, évaluée à quatre mille milliards de dinars se pose comme un outrage à la modernité. A défaut d’une étude objective basée sur des outils analytiques, nous ne savons que peu de choses sur cette thésaurisation massive qui fait le bonheur des marchands de coffres forts et bas de laine. A vue d’oeil, la cause de cette masse importante d’argent noir relèverait à la fois du manque de confiance à l’encontre du système bancaire (voire de l’Etat) ou, plus simplement à des commodités anciennes, à des réflexes de logistiques immédiates, souvent suspectes en termes d’évasion fiscale, quand ce n’est pas du blanchiment tout court.

Loin de l’environnement international, le citoyen, dans son autarcie, considère normale cette pratique où les transactions en liquide ne recèlent aucune suspicion, aucune limite, touchant même le secteur public qui oblige le paiement en espèce. Le vide en matière d’internet qui laisse une large place au traitement manuel, la méfiance où les procédures administratives poussiéreuses qui empoisonnent la vie des usagers sont autant d’anachronismes et de dérives pour bloquer les rouages économiques à tous les niveaux en termes de temps et de coût. La foule pléthorique des employés qui circulent derrière les guichets et la masse considérable de billets de banques défraîchis traités quotidiennement ne sont pas des indicateurs de performance ou d’efficacité.

Le secteur bancaire, tel qu’il se décline, échappe à sa fonction première d’interface dynamique pour les opérateurs économiques. Il est temps qu’il oriente ses valeurs sur des compétences nouvelles, un style nouveau, plus ambitieux et réaliste et une vision génératrice de richesses. La banque, dans un pays jeune est une fabrique de mouvements. Dans un délai court, le système devrait s’ouvrir vers la polyvalence et la poly-compétence en ce sens que les opérateurs sont en droit d’exiger un pilotage de qualité à hauteur de leurs besoins avec plus de réactivité, plus d’efficience et plus d’expertise. le système est dans l’attente de nouveaux standards avec une approche partenariale dynamique et des objectifs sur le court, moyen et long terme en direction des entreprises et des clients, le ciblage des jeunes, la fidélisation et l’établissement de la relation de confiance.

Tout récemment encore, Mme Christine Lagarde, Présidente du Fonds Monétaire International avertissait que dans un délai de dix ans, la page sera tournée sur le système actuel des transactions pour laisser place à une très large dématérialisation de l’argent. Ce qui veut dire généralisation de la monnaie virtuelle. Cette perspective, très proche du reste, nous incommode et nous effraie en raison de la distance psychologique qui nous sépare des nouvelles techniques de communication dans les transactions auxquelles nous dédions ce numéro d’OGB.

Hits 1741