L’Edito: Un pacte énergétique pour l’Algérie

  • By Super User
  • In editiorial
  • Posted 19 April 2018

Préserver l'environnement, favoriser la cohésion sociale, promouvoir une économie responsable, semble être aujourd'hui un triptyque chimérique à réaliser, tant les paramètres endogènes et exogènes militent pour une décomposition de ce triptyque.

 

Le renouveau énergétique en Algérie, apparaît de plus en plus comme un tremplin sérieux sur lequel le pays peut consolider son essor économique, aujourd'hui mis à mal par le déclin de son industrie, de la prédominance de l'importation, du règne sans partage et sans concession de l'informel, mais  surtout de cette mentalité de consommation effrénée qui gangrène la société algérienne, au point où l'intérêt marchand de l'Algérie pour un  produit destiné à être importé et acheté, impacte directement le cours du prix des matières brutes à l'international.

 

L'urgence d'une transition énergétique s'installe comme un défi incontournable et pose un impératif pour la communauté nationale, celui d'édifier puis de s'aligner, quitte à le faire avec compromis, sur un pacte énergétique pour l'Algérie. Un pacte à même de préserver la rente pétrolière, l'approvisionnement des besoins énergétiques intérieurs, de la substitution de ce besoin par d'éventuelles ressources autres que le fossile conventionnel.

 

Aujourd'hui, conserver une cohésion sociale si chèrement acquise et arrachée au moment où elle  continue de voler en éclat dans des pays comme le nôtre, appelle de cette ingéniosité pour garantir des trajectoires parallèles simultanées, la sécurité de nos parts de marchés à l'export, la sécurité de  l'approvisionnement de nos clients, s'inscrire dans la dynamique mondiale des objectifs climatiques et des  avantages de l'économie verte, la garantie d'un prix équilibré de l'énergie pour les familles, et enfin de la compétitivité des entreprises en Algérie.

 

L'état d'épuisement de nos réserves, l'instabilité du marché et ses conséquences immédiates sur le sort de notre développement, la réorientation des stratégies basées sur la sécurité énergétique des pays importateurs, et le développement technologique de l'exploitation des ressources non conventionnelles met le pays dans une situation de pression sans équivalent pour les années à venir.

 

La prédominance grandissante du marché du spot pour le gaz, la fin<< biologique» des marchés à long terme, la baisse du prix du gaz indexé sur celui du prix du pétrole, va dans les années à venir peser lourdement sur les investissements dans ce secteur, et, risque de la sorte de créer des désinvestissements greffant les capacités d'exploitation du gaz et de son développement. L'absence d'un pacte est la pérennité du statu quo ne sont pas des options dans l'état actuel des choses, car cela risque de voir s'inverser dans les années à venir la balance entre nos capacités d'exportation d'aujourd'hui et notre consommation interne énergivore, qui va crescendo et sans interruption. Les dizaines de milliers de logements construits sans efficacité énergétique, les dizaines de milliers qui arrivent, pousseront la consommation à son extrême, une projection qui commande de préciser le socle crédible de la politique énergétique du pays des dix prochaines années.

 

Comme dans des décisions passées où l'Algérie a réussi à construire des pactes sociaux, économiques et mêmes politiques lors de la tragédie des années 90, il appartient à tous, acteurs politiques de la majorité et de l'opposition, les tenants du secteur économique et de la société civile, de faire preuve de responsabilité et d'éviter les simplismes et les fuites en avant.

 

L'inscription des énergies renouvelables au rang de priorité nationale depuis deux années, sans qu'aucune mesure n'apparaisse réellement dans cette priorisation, en est l'illustration la plus tenace.

 

Dans une célèbre citation sur la cohésion sociale, le philosophe Henri Bergson disait que" la cohésion sociale est due en grande partie à la nécessité pour une société de se défendre contre d'autres».

 

Aujourd'hui, la cohésion sociale sera due en grande partie à la nécessité pour la société algérienne de se défendre contre sa fracture sociale, « le pacte énergétique est un saut vers le sûr, le statu quo est un bond en arrière pour continuer à épuiser le peu du bas de laine qui reste».

 

 

 

 

 

Hits 479