C. COURTEMANCHE,un vecteur pour booster la coopération économique

  • By Super User
  • In Entretiens
  • Posted 17 February 2017

OGB : Madame Isabelle Roy, ambassadeur du Canada à Alger a annoncé en Mai dernier, la création du Conseil de Développement Canada-Algérie (CDCA), Quelles sont les missions du conseil et ses objectifs ?

Claude Courtemanche : Nous sommes une organisation, qui veut regrouper des gens d’affaires et des personnalités des deux pays, qui ont à coeur de faire leur part pour stimuler, de façon plus proactive et continue, le développement de relations industrielles et commerciales réussies entre les membres, et cela au bénéfice des deux pays. Pour y arriver, nous nous sommes donnés des objectifs précis. Nous allons identifier les secteurs porteurs, ainsi que les meilleurs partenaires du secteur privé des deux pays qui veulent et peuvent répondre aux opportunités. Nous voulons être d’une part une organisation pancanadienne, avec des adhésions à travers le pays, et avoir une participation conséquente avec des opérateurs Algériens d’autre part. Nous devons aussi constamment chercher la meilleure synergie avec les autres associations d’affaires, autant que cela nous permettra d’en faire plus ; ‘Last but not least’, nous souhaitons collaborer avec les administrations publiques des deux pays pour développer une relation de travail mutuellement bénéfique.

C’est un nouveau cadre de concertation destiné à renforcer le partenariat algéro-canadien dans le domaine économique, commercial et culturel est né, qui sont les membres de ce conseil ?

Pour ce qui est des membres fondateurs, il y a déjà un bon ‘’échantillonnage’’ d’expériences diverses et réelles. Nous avons le président de Omnichem, fort probablement la seule PME Canadienne qui a réussi son installation industrielle en Algérie, une autre personne qui a adapté avec succès en Algérie des techniques américaines de « coaching » en grande entreprise, deux cadres supérieurs du Groupe Red- Med, une sérieuse entreprise algérienne qui a développé des pratiques d’affaires misant sur une qualité de services aux normes internationales , le cabinet d’avocats Greenspoon- Bellemare qui a une expérience globale notamment en droit de la construction, et enfin moi-même, qui peut apporter mon expérience tant dans le secteur public que privé et en Algérie ou ailleurs. 
Mais il va de soi que ce conseil s’agrandira au fur et à mesure de la croissance du CDCA et à la réalisation de ses objectifs cités auparavant.

A la tête du CDCA, le président c’est vous Claude Courtemanche, vous qui avez oeuvré en Algérie à différents titres, qui connaissez bien le pays, quels seront les chantiers qui seront lancés ? Quels sont les besoins exprimés par les hommes d’affaires des deux pays ?

Quels chantiers seront lancés ? J’aimerais pouvoir le dire maintenant, mais il faudra d’abord faire nos devoirs pour discuter avec chacun du secteur public et privé, de ce qui peut apporter une plus-value au bénéfice des intéressés. 
Ceci étant dit, je crois que je peux déjà vous donner mon avis personnel sur ce que veulent les gens d’affaires et les pouvoirs publics. Les premiers souhaitent pouvoir faire des affaires dans un environnement réglementaire stable et juste ; qui valorise et récompense l’effort et l’initiative. Les seconds veulent du fair-play de la part des premiers, de façon à ce que le succès économique soit réparti au plus grand nombre sous forme d’emploi, de recettes fiscales et autre. 
Les Canadiens croient beaucoup à l’économie mixte. Pour nous, c’est ce qui rapporte le plus au plus grand nombre et la CDCA s’attellera à réaliser cet objectif.

Le CDCA devra prospecter le marché tout en sachant que les sociétés canadiennes installées en Algérie sont très peu nombreuses, à quoi est dû cet « effacement » ? Quels sont les créneaux innovants qui seraient ciblés par l’investissement ?

Malheureusement vous avez raison, la présence commerciale canadienne est très faible, et certainement pas à la hauteur des relations politiques qui ont toujours été excellentes. A quoi c’est dû ? On pourrait en parler longuement mais ce qui importe est de voir comment on peut améliorer, et c’est justement ce qui a motivé la création du CDCA. 
Pour les créneaux innovants cela reste à creuser, mais on peut imaginer déjà que ça tournera autour des secteurs pour lesquels le Canada a déjà démontré une forte capacité d’intervention hors de ses frontières, je citerai l’énergie, le transport, les communications, l’agriculture et l’agro-alimentaire.

Qui sera le vis-à-vis du CDCA en Algérie ? Serait-ce la Caci (Chambre Algérienne de Commerce et d’Industrie) ou bien le patronat ?

Je ne crois pas que l’on puisse parler d’un interlocuteur unique à ce stade. Puisque la synergie à dégager avec d’autres groupes associatifs fait partie de nos objectifs, nous avons déjà engagé le dialogue avec plusieurs d’entre eux et nous sommes sur le point de signer des protocoles d’entente. L’idée est de contribuer positivement à ce qui compte vraiment avec plus d’échanges fructueux pour toutes les parties.

En Algérie l’entreprenariat chez les jeunes est potentiellement intéressant, le CDCA peut-il envisager des formules d’accompagnement (mentorat)pour les jeunes entrepreneurs ?

Le CDCA n’a vraisemblablement pas en main les instruments pour intervenir de façon directe, même si la cause est excellente. Mais qui sait si, on ne pourrait contribuer à identifier des pistes qu’avec les membres ou les associations avec qui nous serons en contact.

Revenant vers la formule du Win- Win, comment percevez cette réussite face aux difficultés majeures bureaucratique et administratives que ne cessent de dénoncer le patronat, y compris récemment le FCE, qui habituellement est tendre avec cette question ?

Pour nous, il convient de nous inscrire dans cette dynamique qui est en train de s’installer et où le rôle du privé dans le développement de la croissance est perçu positivement, mais surtout pragmatiquement. C’est une véritable poussée libre qui est prend de la dimension en Algérie et dans laquelle, le binôme algéro-canadien aura sa place.

Hits 1367
Test Installation

La derniere edition de ogb est sortie !!
voulez vous achete la copie ?