Omar Yussuf MZEE Ambassadeur de la République Unie de Tanzanie en Algérie : « Les investisseurs algériens sont les bienvenus, tout secteur confondu »

  • By Super User
  • In Entretiens
  • Posted 08 April 2019

S’il n’y a quasiment pas d’échanges entre l’Algérie et la Tanzanie, l’ambassadeur de ce pays, installé depuis peu, a pour première mission de changer les choses. Selon lui, investir en Tanzanie permettrait de commercialiser les produits algériens dans six pays d’Afrique où ils seraient exonérés de taxes.


OGB Magazine : Votre excellence, l’ambassade de la république de Tanzanie en Algérie a été récemment installée, et vous êtes le premier ambassadeur tanzanien à Alger. Comment percevez-vous les relations bilatérales algéro-tanzaniennes après une année de fonction ?

Omar Yussuf Mzee : en effet, notre ambassade a été ouverte le 27 octobre 2017. Je suis le premier Ambassadeur de la République Unie de Tanzanie en Algérie. Venir en Algérie était pour moi une occasion de rencontrer des frères et sœurs algériens, qui allaient m’aider, m’orienter et me soutenir jusqu’à ce que nous puissions ouvrir notre ambassade. Aujourd’hui, nous sommes ici et notre ambassade fonctionne à merveille. Je tiens à cette occasion, à rendre hommage aux Algériens qui m’ont soutenu et me soutiennent toujours dans mes activités. 

Avant de venir ici, quand on m’a dit que j’allais en Algérie pour ouvrir l’ambassade et y travailler, la première chose importante qui m’est venue à l’esprit était de découvrir ce pays. J’ai effectué des recherches sur le pays et j’ai appris beaucoup de choses sur l’économie, la population et la culture algérienne. Pour revenir à votre question, je trouve que les relations bilatérales entre nos deux pays sont très bonnes, voire excellentes. 

 

Comment définiriez-vous l’état actuel des échanges économiques entre l’Algérie et la Tanzanie ?

Lors de mon arrivée en Algérie, j’ai réalisé en prenant connaissance des statistiques relatives aux échanges économiques entre la Tanzanie et l’Algérie, que ces échanges étaient à un niveau très faibles. Ceci est forte-ment regrettable au regard du potentiel existant entre les deux pays. Je citerais à titre d’exemple le fait que la Tanzanie soit un grand pays agricole, et producteur de café, et que les Algériens soient de très grands consommateurs de café par rapport aux autres pays d’Afrique. Il serait regrettable de ne pas développer les échanges dans cette filière. La Tanzanie est également un grand producteur de thé, des noix de cajou, des épices, comme le gingembre et les gousses. De l’autre côté, l’Algérie est un grand pays producteur et consommateur de tous produits confondus. Toutefois, les statistiques sur les échanges commerciaux entre nos deux pays sont presque inexistantes.

Ainsi, ma première mission consistait à essayer autant que possible de me réunir avec différents investisseurs algériens, des Hommes d’affaires et des opérateurs, car il y a beaucoup de choses en Tanzanie qui attendent d’être exploitées par les Algériens. J’encourage ainsi beaucoup d’hommes d’affaires algériens à aller en Tanzanie individuellement ou en groupe afin de découvrir le pays et ses potentialités. 

 

Quels sont les secteurs les plus concurrentiels en Tanzanie ?

En Tanzanie, il existe plusieurs secteurs attractifs. Par exemple, dans le secteur agricole. Nous avons des terres très étendues et très fertiles. Nous avons également des industries. Quel que soit le type d’industrie que vous voulez installer en Tanzanie, vous réussirez, car si nous parlons d’investir en Tanzanie, nous parlons non seulement du marché de Tanzanie, mais également, de l’ensemble des pays d’Afrique de l’est, qui sont au nombre de six. Dans ces pays-là, vous pourriez être exonérés des taxes, ainsi, il vous sera possible de vendre vos produits librement.

La Tanzanie pourrait donc être un carrefour des exportations des produits algériens dans toute l’Afrique de l’Est ?Tout à fait, et nous sommes parmi les pays africains qui ont de la chance d’être bordé par l’océan, c’est pourquoi, certains pays d’Afrique centrale dépendent des ports tanzaniens. Nous avons aussi l’infrastructure nécessaire pour investir dans les secteurs de télécommunications, de compagnies aériennes, etc. Il existe aussi l’infrastructure de développement. Il serait possible ainsi d’investir dans le bâtiment, les travaux publics. Et comme voir c’est croire, j’invite les investisseurs à y aller pour découvrir les potentialités d’investisse-ment. Les investisseurs algériens sont les bienvenus ! Ces potentialités sont aussi très grandes dans le secteur du tourisme. Lorsque je suis arrivé ici, le nombre d’Algériens visitant la Tanzanie spécialement pour le tourisme était très faible. Leur nombre s’estimait entre 10 à 15 personnes en un an. Aujourd’hui, je pourrais affirmer que ce nombre est en train d’augmenter. Beaucoup d’Algériens y vont pour y passer leur voyage de noces. Je note avec satisfaction le fait que la Tanzanie soit citée comme future grande destination touristique. Auparavant les touristes visitaient le Maroc, la Tunisie, la Turquie, mais maintenant, la destination Tanzanie s’inscrit bien dans les habitudes.

Nous serons ravis de noter qu’un nombre important d’hommes d’affaires algériens visitent la Tanzanie, à la recherche d’un nouveau marché et d’informations sur les opportunités d’investissement et les atouts de la Tanzanie. Maintenant pourquoi choisir la Tanzanie ? C’est parce que nous avons beaucoup d’atouts favorables à l’investissement en Tanzanie. 

 

Existe-t-il des mécanismes de facilitation de l’investissement en Tanzanie pour les Algériens ?

Ici en Algérie, le seul représentant de la Tanzanie est l’ambassade.  Le secteur privé en Tanzanie est prêt à travailler avec les Algériens, mais c’est l’ambassade qui met en relation les investisseurs potentiels des deux pays. Nous assurerons à notre niveau que les investisseurs obtiennent toutes les informations dont ils ont besoin : les types d’investissements, les incitations, le régime fiscal, etc. 

 

Avez-vous remarqué l’intérêt des investisseurs algériens pour la Tanzanie jusqu’à présent ?

Oui

 

Dans quels secteurs ?

Dans tous les secteurs, de l’agriculture en passant par tous les types d’industrie. Au moment où nous réalisons cette interview, certains hommes d’affaires observent individuellement le marché tanzanien et essaient d’obtenir les informations nécessaires. Nous attendons à ce qu’un groupe d’investisseurs et d’hommes d’affaires algériens se rendent en Tanzanie le mois prochain. Nous espérons qu’ils auront un impact sur les autres, car les expériences réussies sont un gage de confiance pour les autres investisseurs. 

 

Y a-t-il des investisseurs tanzaniens intéressés par le marché algérien ?

Lors d’une discussion que j’ai eue avec des membres de la Chambre de Commerce tanzanienne, j’ai, en effet, relevé leur intérêt pour le marché algérien. 

 

Quels sont les secteurs en Algérie qui pourraient intéresser les Tanzaniens ?

Le secteur des hydrocarbures est très développé en Algérie. Nous avons d’ailleurs signé récemment un mémorandum dans ce domaine. Vous avez vos propres universités, et une riche expérience dans d’autres domaines tels que le développement des infrastructures, la construction des routes, des bâtiments et des ponts. 

J’ai visité la compagnie Sonatrach, et j’ai vu que vous aviez une grande puissance concernant la production d’électricité. Je pourrais bien sûr dire autant au sujet de l’agriculture et bien d’autres secteurs. La Tanzanie aura beaucoup de choses à apprendre de l’Algérie et vice versa. Dans les années 1970-1980, le secteur de l’agriculture traditionnelle en Tanzanie contribuait à plus de 70% à notre PIB, aujourd’hui le pays a décidé d’emprunter la voie de la diversification de son économie. Pour cela, nous comptons sur un secteur minier très fort, mais nous nous sommes égale-ment orientés vers le tourisme et les communications qui sont actuellement en pleine croissance.

La Tanzanie est l’une des cinq économies à la croissance la plus rapide en Afrique. En effet, elle croît très rapide-ment, de 7% par an. 

Notre croissance est due en grande partie à la politique de l’actuel président, John Magufuli. C’est un président très fort, qui lutte ardemment pour réduire la corruption et faire fonctionner correctement le service public. La discipline s’est répondue de manière notoire dans la fonction publique dans un délai très court. L’administration fonctionne beaucoup mieux. Notre pays est aussi un pays sûr et stable qui possède des infrastructures portuaires et aéroportuaires modernes. Tous les investisseurs y sont conviés, à condition qu’ils respectent les lois du pays.

Hits 140